31
Oct
Logement

Et si on s’installait en coloc’ ? 

La colocation a la cote. En moyenne, un étudiant sur trois* en France privilégie ce mode de logement partagé à plusieurs. Mais attention, si cette solution est idéale pour réduire les frais, elle doit être régie par quelques règles précises, qu’elles soient administratives comme de bonne conduite !
Rencontre avec Justine, 27 ans, chargée de communication pour la start-up Jagger&Lewis (Euratechnologies) et Marine, 26 ans, sage-femme au CHR de Lille. Elles partagent un appartement au rez-de-chaussée d’une maison lilloise rue Caumartin et ont accepté de lister les avantages et les inconvénients de leur colocation. Un système qu’elles connaissent bien pour l’avoir déjà pratiqué durant leurs études.

 

Les avantages 

  • « Réduire les coûts en louant plus grand » – « En louant une maison à 2, on s’en sort chacun avec un loyer de 415€, c’est super intéressant parce qu’à ce prix-là, on profite d’un grand appartement de 60 m2 en rez-de-jardin avec un jardin et à 5 minutes du centre-ville de Lille.  On ne se marche pas sur les pieds, on a de l’espace. »
  • Des économies tous les jours – « La vie quotidienne nous revient moins cher. Electricité, gaz, assurance du logement, etc. En fait on divise tout par 2 ! »
Dans le cas de Marine et Justine, il n’y a qu’un seul bail au nom de cette dernière, car elle louait déjà l’appartement avec son précédent petit-ami. Elles sont très amies et se font confiance. Mais si vous louez en colocation avec des inconnus, veuillez à ce que soit établi un contrat de bail en bonne et due forme. C’est la meilleure option pour défendre les droits des différentes parties. Chacun des locataires doit être en mesure de présenter certaines pièces administratives justifiant d’une solvabilité financière (ou celle du garant)… Et veillez bien aux différentes clauses. Il existe en effet une clause dite de solidarité sur la colocation. Si l’un des colocataires ne paie pas, c’est aux autres de payer sa part. Soyez donc bien attentif à votre bail avant de vous engager si vous ne voulez pas  payer pour des indélicats ! »
  • Entraide et solidarité – « On est très solidaires et si on n’a pas le même rythme de vie parce que Marine en tant que sage-femme  fait des gardes de nuit, on partage les mêmes valeurs et la même façon de vivre. Nous travaillons toutes les deux, et en étant jeunes actives, c’est plaisant de se retrouver le soir, de partager nos journées de travail avec quelqu’un en qui on a confiance et qui a les mêmes contraintes de rythme, à savoir aller travailler le matin etc. Mais nous avons des univers professionnels différents donc cela permet aussi de prendre du recul. »

 

Les inconvénients

 

  • « Vivre en collectivité » – « Dans notre cas, aucun souci, nous nous entendons parfaitement bien. Nous partageons même la même chambre car l’appartement n’en compte qu’une seule, c’est un vrai coup de cœur amical et si nous devions changer d’appartement, ce serait pour prendre une colocation dans un logement avec deux chambres » expliquent Marine et Justine. Il faut néanmoins se poser les bonnes questions avant de s’engager dans une colocation : êtes-vous fait pour la vie en collectivité ?
  • « Respecter des règles » – Il peut s’avérer utile d’établir une sorte de règlement intérieur. Pour le bruit, le respect des autres, le ménage, les espaces fumeurs etc… car une colocation peut vitre devenir infernale quand l’un des locataires ne participe à rien ou fait trop de bruit. Du côté de Marine et Justine, aucun problème de ce côté-là ! « Evidemment, on partage les tâches ménagères, sans même avoir eu besoin de faire un planning. Les règles de vie se sont établies naturellement, dans le respect de l’une et de l’autre. En fait, pour nous, la colocation a tous les avantages de la vie de couple sans les inconvénients ! Il est important pour réussir une colocation de se parler et de communiquer. Pour nous, c’est ce qui fonctionne. » C’est dit !

 

Il existe deux types de contrat pour la colocation.

 

  • Le bail individuel : ce type de contrat est propre à chacun des colocataires qui sont tous responsables de leur loyer. Pour prévenir les difficultés à payer le loyer, chaque colocataire a son propre garant. A noter que ce contrat permet aussi de demander une aide au logement de la Caf, selon ses revenus.
  • Le bail unique : ce contrat inclut tous les colocataires. Ici, le loyer n’est pas divisé et le propriétaire perçoit un loyer global versé en une seule fois. Il est d’usage pour ce type de contrat qu’un colocataire principal soit désigné pour récupérer la part du loyer de chacun. A savoir que dans ce type de contrat, le montant de l’aide versée par la CAF est divisé par le nombre de locataires.

 

En matière d’assurance pour le logement, il suffit qu’un seul colocataire souscrive une assurance contre les risques locatifs  pour respecter l’obligation légale d’assurance dans le cas du bail unique. S’agissant du bail individuel, chaque colocataire a l’obligation de souscrire sa propre assurance habitation. Cette assurance est à renouveler chaque année et doit faire l’objet d’une remise d’attestation d’assurance au propriétaire à l’entrée des lieux.

 

Bon à savoir : en cas de sinistre, l’ensemble des colocataires doit participer au remboursement du préjudice subi dans le logement.

 

Flash Info : Good Loc‘ – Avec Good Loc’, le Crédit Agricole vous accompagne pour devenir locataire. En se portant caution auprès de votre propriétaire, Good Loc’ simplifie votre recherche d’un logement.

 

*Selon le baromètre de la colocation du 3e trimestre 2017 publié par www.appartager.com

 

Article à caractère informatif et publicitaire. Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Ce document non exhaustif et non contractuel. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel. Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale. La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale. Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.

Partager l’article :

Une question ?

Contactez-nous

Avec vous, à chaque instant

images Retrouvez-nous en agence
Gestion de vos besoins, question concernant vos projets... Nos conseillers vous accompagnent
Retrouvez toutes nos agences
images Besoin d'aide
Opposition sur votre carte bancaire, question concernant vos besoins, prise de rendez-vous...
Contactez-nous
images Télécharger
l'app "Ma banque"
Chattez avec nous !
03.66.33.34.35 (appel gratuit)
Contactez-nous
Contactez-nous !